plan du site


Soutenez AMETIST.ORG - Aide aux enfants malades, aide aux familles

Mentions Légales
Navigation : ACCUEIL > HISTOIRE


HISTOIRE


Les plus anciens vestiges (silex sommairement taillés, haches, polissoirs, herminettes de pierre et de lambis) attestent d'un peuplement humain en Martinique remontant au cinquième millénaire avant J.-C. Les hommes vivaient de cueillette, de la chasse et de la pêche.

Entre 5000 ans avant J.-C. et le début de notre ère, plusieurs vagues de migrations d'Indiens Arawaks venus du Bassin de l'Orénoque essaiment dans l'archipel antillais. En Martinique, une soixantaine de sites arawaks ont été inventoriés qui témoignent de l'existence de véritables villages habités dès le IIème siècle de notre ère.

Les Indiens vivaient principalement de l'agriculture (manioc). Ils possédaient l'art de la poterie (la céramique de Vivé, dans le Nord-Atlantique). Ils n'avaient pas d'écriture, mais ont laissé des "messages " sur des roches gravées, les pétroglyphes (forêt de Montravail à Sainte-Luce).

L'intrusion des Indiens Caraïbes, venus de la région des Guyanes, entraîne au Xème siècle l'effondrement du monde arawak dans toutes les Petites Antilles.

Le 15 juin 1502, Christophe Colomb débarque brièvement à la Martinique, sans laisser de colons sur place.

Les Espagnols, qui redoutaient les Indiens Caraïbes négligent l'île.

Sous l'impulsion du cardinal de Richelieu, nommé à la tête du gouvernement royal en 1623, la France cherche à se doter d'une politique coloniale. En 1626 est créée la Compagnie de Saint-Christophe, du nom de l'île où le flibustier normand Belain d'Esnambuc fonde la première colonie française des Antilles.

En 1635, d'Esnambuc prend possession de la Martinique au nom de la Compagnie, devenue la Compagnie des Iles d'Amérique. Rachetée par la Compagnie des Indes Occidentales en 1664, l'île devient colonie du royaume en 1674.

Entre-temps, en 1658, sous le " règne " du gouverneur Du Parquet, les Caraïbes, après une période de coexistence émaillée de heurts avec les Français, ont été contraints à la fuite pour éviter l'extermination.


L'introduction de la culture de la canne à sucre vers le milieu du XVIIème siècle, avec le développement rapide de l'esclavage des Noirs arrachés à l'Afrique, modifie profondément la société martiniquaise.

Le système économique des Habitations, fondé sur l'exploitation du travail des esclaves dans les plantations sucrières, va se perpétuer jusqu'à l'abolition officielle de l'esclavage, le 27 avril 1848, par la République.



GÉOGRAPHIE



La Martinique est l'un des quatre départements d'outre-mer, créés par la loi du 19 mars 1946.

La loi du 2 mars 1982 érigeant la région en collectivité territoriale de plein exercice a fait de la Martinique une des vingt-six régions françaises.

Avec une superficie de 1 100 km², la Martinique est le plus petit des départements d'outre-mer.

Elle est située à 6 800 km de la métropole, au cœur de l'arc antillais dans la mer des Caraïbes, à égale distance des côtes du Venezuela et de Haïti/Saint-Domingue.

La Martinique est bordée de 300 km de côtes. Riche en cours d'eau et en sources thermales (trois sont exploitées), l'île est couverte d'une végétation très variée, qui lui a valu son nom ancien de Madinina, " l'île aux fleurs ".

Sa faune -surtout marine- comporte de multiples espèces.

Son relief, d'origine volcanique, offre un paysage varié de collines, plaines, falaises, plages de sable blanc ou noir (à l'Ouest) dominé par le volcan de la montagne Pelée (1 397m) qui a marqué l'histoire de l'île : l'éruption de 1902 a anéanti la plus importante ville de l'époque, Saint-Pierre, faisant 30 000 morts.

Source Secrétariat d'Etat à l'Outre-mer
Retour au menu

Plan